Attention, cet article pourrait bien changer votre vie …

Redonner du sens à votre vie professionnelle. 
Faire un bilan de compétences … et après ! 
Envisager une reconversion professionnelle ? … Et pourquoi pas ?

Bonheur DU travail ou Bonheur AU travail … ça vous travaille ?

“Je ne comprends pas pourquoi mon estomac se noue et que je sens des sueurs froides quand j’arrive au bureau … C’est absurde ! Il est pourtant très bien payé ce job qui optimise le logiciel d’évasion fiscale d’une multinationale qui empoisonne l’eau potable de toute une région à l’autre bout du monde … “

C’est pour ne plus jamais entendre ou lire ce genre de propos qu’est née la proposition de “Moove Your Future” de proposer un accompagnement à la reconversion professionnelle intégrant un bilan de compétences.

Pedro Correa : Discours de remise des diplômes aux ingénieurs civils 2019 – UC Louvain

Dans son intervention face aux jeunes diplômés ingénieurs, Pedro Correa poursuit : ”Et si les mots “Solidarité, conscience collective, empathie, collaboration, quête de sens” remplaçaient demain les mots “sens du sacrifice, sérieux, compétition” ?
Oui, ces mots (les seconds), conduisent à la tristesse, à la fatigue … à la maladie.
Le cas de ce brillant ingénieur devenu artiste questionne. 
 
Qu’est ce que “réussir”, interroge-t-il ? 
Est ce que c’est posséder la plus grosse voiture du parking ? Ou est ce que c’est d’avoir une activité qui a du sens, en voyant grandir ses enfants et se plonger dès le matin dans une tâche qui fera que l’on ne sentira pas le temps qui passe … Le bonheur du travail ne tombe pas du ciel !
 
Oui, le bonheur du travail, plutôt que le bonheur “au” travail … ne tombe pas du ciel.
Se connaître, connaître sa destination, préparer les étapes, avancer pas à pas, ou à grandes enjambées. Trouver ce chemin prend toute une vie … Or attention, vous n’en avez qu’une !

Le marché du travail

Une insatisfaction profonde et durable marquée par l’instabilité.
Le printemps 2020 marque un virage brutal sur le marché du travail, à plus d’un titre.
Si les chiffres de l’emploi étaient sur une bonne dynamique en 2019, la crise sanitaire de début 2020 lui aura donné un coup d’arrêt brutal. 
Par ailleurs, pour beaucoup cette période aura été l’occasion d’une prise de conscience de la nécessité de « changer quelque chose dans sa vie ». Parfois de manière profonde et radicale. Et ceci alors que le taux de turnover avait atteint en 2019 son plus haut niveau depuis près de vingt ans.
Fin 2019, près de 60 % des salariés prévoyaient de changer d’emploi au cours de l’année 2020. Ce qui pouvait s’expliquer par le fait que 75 % des personnes interrogées se disaient insatisfaites de leur vie professionnelle.
Désormais, nous changeons de travail 10 à 13 fois au cours de notre vie professionelle.

“Les prévisions nous disent qu’une personne qui entre sur le marché du travail en 2020 changera de métier de 10 à 13 fois et qu’un même individu passera en moyenne par 3 carrières différentes au cours de sa vie professionnelle. Nous connaîtrons tous plusieurs métiers dans nos parcours, certains vont disparaître, évoluer”.

Bilan de compétence et changement de vie professionnelle.

Besoin ou nécessité, il n’a jamais été autant nécessaire de « penser » sa vie professionnelle et de repartir dans le bon sens.

Que vous soyez poussé par la nécessité ou par l’envie, jamais les conditions du changement de vie professionnelle n’ont été autant facilitées par l’environnement, la situation … et les aides de l’état ! 
 
Le désir de changer de vie professionnelle est peut-être encore plus présent aujourd’hui que jamais. 
Le « grand confinement » du printemps 2020 a été pour beaucoup le temps d’une remise en question de ses habitudes, de ses désirs, de ses aspirations. 
 
Pour d’autres, c’est la réalité économique et les contraintes du marché de l’emploi avec des suppressions de poste en grand nombre qui accule à la nécessité de se remettre en question. 
Quelles qu’en soient les raisons, se remettre en route pour une nouvelle phase professionnelle est un moment de remise en question important et profond. 
Quand il est temps de faire le bilan et de repartir de l'avant

Pourquoi faut-il quitter un métier qui ne vous convient pas ?

Un travail mal adapté peut peser très lourd sur vos épaules.
 70 % des salariés disent souffrir de stress ce qui met potentiellement leur santé en danger.
On parle beaucoup de « bullshit jobs » ou de métiers « toxiques » au même titre que l’on parle de relations toxiques. 
Ces métiers qui soumettent les gens à un stress intense et permanent et qui conduisent soit par l’ennui, soit par la toxicité des relations ou la sensation d’inutilité au « bore out » ou au « burn out ».
 
De nombreuses raisons peuvent vous avoir conduit à vous retrouver dans un métier qui ne vous convient plus :

Un changement d’équipe ou de manager. Un rachat de l’entreprise par un nouvel actionnaire qui bouleverse les règles ou qui compresse les équipes. 
La pression sociale ou familiale, le manque de moyens pour étudier, un secteur en perte de vitesse, autant de raison qui font que vous vous retrouvez peut-être aujourd’hui dans une situation intenable qui ne peut plus durer. 

Et le stress apparaît, s’amplifie et augmente. Il s’invite dans vos temps de repos, dans vos loisirs, dans votre vie privée. C’est ainsi que naît la dépression et le burnout. Il est alors temps de dire stop et de vous mettre en route pour une reconversion professionnelle, avec la chance de pouvoir réaliser quelque chose qui vous convienne vraiment.

Vous aspirez à une reconversion professionnelle ? C'est le moment d'un bilan de compétence !

Dans quelle direction vous tourner ? 
C’est tout l’objet du programme que nous vous proposons. 
Si vous lisez ces lignes, vous êtes probablement en train de vous poser beaucoup de questions. 
C’est là que nous pouvons vraiment vous aider ! 
Comment choisir votre nouvelle orientation professionnelle ? Vers quel métier ? Que pouvez vous choisir ?
En quoi, un bilan de compétences pourra-t-il vous aider ?
Ensemble nous allons vous aider à répondre à un grand nombre de ces questions. 
 
Qu’est ce que vous aimez ?
Tel ou tel métier est-il bon pour moi ? 
Puis-je envisager d’accéder à tel ou tel secteur d’activité. Publique ou privé ?
 
Faites votre bilan de compétences, mais aussi de vos appétences … de vos goûts ! 
Une reconversion professionnelle est un parcours à la fois courageux et ambitieux ! Bravo de vous y engager ! 
Cette démarche de reconversion professionnelle doit vous emmener vers un métier que vous aimerez. Un métier qui vous plaira et dans lequel vous pourrez vous épanouir ! 
 
A ce stade, vous avez peut-être fait de premières recherches. Peut-être avez vous passé des tests qui vous auront donné de premiers résultats.
Peut-être êtes vous attiré par de nouveaux métiers qui recrutent aujourd’hui et qui recruteront demain, ils sont, ou deviennent indispensables. En voici quelques idées. 

Quel métier choisir ?

L'eventail des possibilité est immense.
Du BTP à la gestion de communauté, en passant par la réalité virtuelle, la révolution numérique bouleverse tout sur son passage et re-configure complètement le marché de l’emploi. 

Oui, certains métiers sont menacés de disparition du fait de l’automatisation, mais d’autres demeurent et se transforment en profondeur, quand d’autres encore émergent et se développent. 
 
Selon un récent article de Pôle Emploi 85% des emplois de 2030 n’existent pas encore.
L’intelligence artificielle, la robotique ou la réalité virtuelle transforment les métiers existants et en créent de nouveaux. Cela ouvre de multiples opportunités de se positionner sur les emplois  de demain.
Pôle Emploi, l’Apec tiennent à jour des bases de données métiers où vous pourrez trouver des idées pour nourrir votre projet. Ainsi l’Apec a-t-elle identifié 12 professions susceptibles de connaître une forte expansion dans les prochaines années. Cette analyse prospective se base notamment sur le volume d’offres d’emploi par professions constaté ces dernières années dans leurs données.
 
Parmi celles-ci on trouve le métier de BIM manager (pour “Building Information Modeling”) ou encore Ingénieur en efficacité énergétique, ou bien encore Ingénieur en fabrication additive (impression 3D), ou bien encore Développeur Internet des objets (IoT).
A l’évidence, les métiers du web, les métiers informatiques, les métiers de la fonction publique, certains métiers paramédicaux comme les auxiliaires de vie, les aides à domicile mais aussi les métiers de services comme les coachs sportifs, les métiers du bien-être se développent très vite.
 
Vous le sentez peut-être, face à cette abondance, mais aussi face à l’inconnu, on peut être pris de vertige ! 
C’est pourquoi avant de vous lancer, il est bon de vous informer, certes, mais il est surtout nécessaire de revenir à vous, à votre bilan de compétences, à votre base, à partir de laquelle, vous allez construire votre projet de reconversion professionnelle.

Choisir une autre voie : Reconversion … ou pas ?

L’envie, voir le besoin de reconversion professionnelle est de plus en plus fréquent. Elle prend souvent naissance dans la perte du sens dans l’activité que l’on mène. Très fréquemment, la scolarité nous a conduit dans une voie par défaut que l’on n’a pas véritablement choisi. Et cela n’a étonnamment rien à voir avec nos capacités scolaires. 
Tel était bon en maths et est devenue ingénieur alors qu’il rêvait de médecine. Tel autre par ses capacités de travail est devenu notaire, ou chirurgien alors qu’il se rêvait artiste, ou sportif. Tel autre enfin fait de l’informatique alors qu’il se rêvait apiculteur. Nous observons très souvent que les injonctions parentales ou familiales nous ont conduit dans une voie qui n’était pas la nôtre. Il vient alors un moment quand la vie avance, où les désirs enfouis ressurgissent et où nous passons à l’action pour changer. 
Parfois, au contraire, c’est la dépression, voir le burn out qui nous submerge, sans que l’on comprenne trop pourquoi alors que « l’on a tout pour être heureux » ! 
Dans ces cas là, la reconversion professionnelle préparée par un bilan de compétences est presque nécessaire. C’est une question de survie. Et à minima de santé.
Quelle nouvelle voie choisir pour une reconversion professionnelle ?
Notre proposition ne vous conduira pas forcément à une reconversion professionnelle. Soyons clairs ! 
Nous vous invitons à faire le point. A regarder tranquillement où vous en êtes. A faire le tour de vos motivations, de vos savoirs, de vos envies. A regarder et à ouvrir au plus large le champ des possibles, puis à faire des choix. 
Et parfois, il se peut que vous RE-fassiez le choix de votre métier actuel. Cela arrive régulièrement. Ce qui aura changé entre temps, c’est que vous refaites ce choix en conscience. En laissant de côté vos doutes. Avec un nouveau regard et une nouvelle façon de l’aborder et surtout sans regret ni remord d’autres possibilités qui auraient pu vous tenter, mais qui finalement n’étaient pas ajustées.  

Le bilan de compétences ; un passage obligé.​

Bilan-competences
Bilan de compétences et construction d'un nouveau projet professionnel

Compétences : On fait le bilan ?
Chaque expérience professionnelle est pour nous une occasion d’apprendre et de grandir.

Mais nos aspirations évoluent et changent au fil de nos expériences et de notre maturité, tout au long de notre vie.

Faire le bilan de nos compétences, de nos savoirs faire et savoirs être (de nos hard et soft skills selon le jargon approprié) est une phase nécessaire avant tout changement. Il va nous permettre de prendre conscience de nos acquis afin de les exploiter au mieux, mais également, nous permettre de voir où sont les « trous dans la raquette » que nous pourrions combler par des formations adapées avant d’aller plus loin. 
  
Le bilan de compétence, nécessaire, mais pas forcément suffisant. Car si il est bon de regarder en arrière pour se conforter et se rassurer, il est aussi indispensable de regarder au présent où se situent nos motivations actuelles et de regarder vers le futur pour construire un nouveau projet

Retrouver du sens

Viktor Frankl est un des principaux théoricien du SENS. Depuis l’âge de 15 ans, Viktor Frankl correspondait avec Freud (qui avait alors 64 ans). A 16 ans, il donne sa première conférence sur le sens de la vie. Il devient ensuite médecin, puis psychiatre et neurologue. Dans son livre « Découvrir un sens à sa vie », Viktor Frankl rapporte le témoignage de son passage dans les camps de la mort. Frankl a 37 ans quand il est envoyé à Theresienstadt, puis à Auschwitz. Lorsqu’il arrive dans le camp, il tient sous son bras ce qu’il a de plus précieux : Le manuscrit d’un livre à publier, qui va lui être confisqué. Il vivra alors avec le souci permanent de le réécrire. 
Pendant ses années de camp, il observe que les plus forts physiquement sont les premiers à disparaître, alors que ceux qui semblent les plus faibles, et qui développent une vie intérieure plus riche sont ceux qui résistent le plus longtemps. 
Frankl parle bien de découvrir le sens, entendant par là que le sens n’est pas acquis au départ. Mais que c’est une quête. Pour lui, l’homme est habité par un vide existentiel qui ne peut être rempli que par le SENS.  
La vie est constituée de cycles de transformation. Envie, découverte, croissance, performance, apogée, déclin, perte d’envie, perte de sens qui appelle le démarrage d’un nouveau cycle. Comprendre ces cycles, les accueillir et les accepter, savoir s’y inscrire et en épouser le rythme est le point de départ d’une reconquête du sens et de l’apprentissage de l’autonomie qui permet de voir plus clair sur l’étape que nous traversons et de la vivre pleinement avec tout ce qu’elle comporte de deuils à faire et de passage à une étape à venir. 
C’est un travail profond, à la fois émotionnel et mental, qui va se consolider à travers les acquis, conscient de nos fragilités, et fort de nos qualités. 
Découvrir le sens de sa vie professionnelle. Une étape clée de développement.

La quête du sens que nous proposons dans nos programme passe par quatres points fondamentaux : 

 

  • Une meilleure connaissance de soi et de vos besoins psychologiques profonds.
  • Une meilleure approche de votre bilan de compétences.
  • Une re-connexion à votre puissance créatrice, celle qui vous habite depuis l’enfance et que les analystes transactionnels appellent « l’enfant libre ». 
  • Une projection vers ce qui vous appelle dans le futur, si vous aviez le pouvoir d’être totalement détaché des contraintes matérielles. 

Faire un bilan de motivation et trouver son WHY

Les apports de Simon Sinek sont également très précieux dans la recherche du sens, en ceci qu’il nous donne des outils, là ou Frankl nous proposait une approche philosophique, spirituelle et thérapeutique.
Selon Simon Sinek, “chacun de nous sait dire facilement ce qu’il fait. Presque chacun de nous peut expliquer comment il fait ce qu’il fait. Mais très peu de gens savent POURQUOI ils font ce qu’ils font.
Simon Sinek - Auteur de "Find Your Why"
Il n’est pas question ici de parler du profit qu’ils en tirent – car le profit est le résultat – Pas le « Pourquoi ».
Le « Pourquoi » c’est le « propos », la cause, le sens de ce qui nous fait « agir ». Ce en quoi nous croyons VRAIMENT.”
Ce qui nous fait nous lever le matin. Et par conséquent, la façon dont nous pensons, agissons, communiquons …
Plusieurs voies peuvent mener à trouver du sens. Mais toutes passent par les émotions ressenties … corporellement. Ainsi plusieurs exercices que nous allons proposer vont ils vous inviter à vous reconnecter à des moments forts de votre existence en lien avec les émotions éprouvées dans ces moments là et à reconstruire quelles compétences, savoirs faire, désirs, joies ont été liés à ces instants et à partir de là, faire l’hypothèse que c’est dans cette direction là qu’il va falloir chercher. 
 
Retrouver du sens passera nécessairement par cette étape. 
Construire un nouveau projet professionnel ne se limitera donc pas simplement aux compétences, et vous ne ferez pas l’économie de regarder de près quelles sont vos motivations profondes. 

Explorer de nouvelles voies, pivoter, se réinventer.

Se réinventer passe par l'écoute de ses besoins profonds et par l'exploration de tout le champ des possibles.
Le bon vieux CDI cède sous la pression générale et laisse la place aujourd’hui à de nouvelles formes de travail, plus souples, plus adaptées à la transformation digitale qui bouleverse le monde du travail..
De nouvelles formes de travail  émergent, dans de nouveaux lieux. Nous avons la possibilité d’explorer de nouvelles formes d’activité (la pluri-activité des slashers  le partage de salariés). Les espaces de coworking des coopératives d’activité qui éclosent un peu partout rendent ses expériences riches, agréables et joyeuses.
 Les raison d’un changement de voie professionnelle peuvent être multiples: 
Un désir mûrement réfléchi et lentement construit, tout comme l’envie, le coup de tête, le rêve trop longtemps repoussé, mais aussi le ras le bol, le trop plein, la perte de sens se traduisant par la perte « d’appétence » pour le travail. 
 Pour autant, une reconversion professionnelle se prépare en s’attardant sur quelques point importants : 
  • Pourquoi est-ce que je souhaite changer de voie ?
  • Quels sont les secteurs dans lesquels j’ai envie d’évoluer et en ai-je une bonne connaissance ?
  • Quels sont les domaines qui m’intéressent ou dont j’ai envie et que révèlent mon bilan de compétences ? Sont- il porteurs en terme de recrutement ?
  • Est ce que j’ai l’énergie nécessaire, et sinon comment vais-je l’alimenter ?

Attention aux miroirs et aux illusions

Nous vous aidons à confronter rêve et réalité pour construire un projet solide et pérène.

Il peut arriver qu’un métier nous attire pour de fausses raisons. Citons par exemple ce manager de terrain, passionné de relations humaines (au premier sens du terme). Il aimait les contacts avec ses équipes et le métier des ressources humaines le faisait rêver. 

Après un an de formation à HEC il a vite déchanté lors d’une première mission chez Carrefour où, loin du terrain et des contacts qu’il affectionnait, il s’est retrouvé face à deux immenses écrans, remplis de tableau de gestion des équipes de caisses … 
 
En effet, il ne s’agit pas de vouloir simplement se reconvertir dans un métier qui nous attire sur de fausses idées que l’on s’en fait, pour ensuite se retrouver à ne pas du tout faire ce que l’on imaginait. 
Dans les parcours que nous proposons, nous prenons le temps de faire la distinction entre la «proposition de valeur » c’est à dire au fond, ce que des clients ou des employeurs vont vous acheter, et les tâches que vous serez amenées à faire au quotidien. 
Nous citons souvent l’exemple du boulanger dont le métier est certes de fabriquer du pain, mais qui passe un certain temps chaque jour à manipuler de la farine, des sacs, des machines, des « pâtons de pâte à pain » et à actionner un four …  voir parfois à servir des clients. Un métier, c’est avant tout les tâches que l’on exécute. 
Ainsi il peut être véritablement précieux de partir des tâches qui vous plaisent et de les mettre au service d’une noble cause qui ait du sens pour vous

Les secteurs porteurs

Choisir un secteur où les possibilités sont nombreuses plutôt qu’un secteur fermé est une question plus complexe qu’il n’apparaît au premier abord. Un secteur d’activité en croissance offrira plus d’opportunités. Mais il attire aussi plus de concurrence, alors que l’on peut tout à fait se faire une place dans un secteur plus fermé si on y va avec talent et conviction, tout en apportant une vision nouvelle ! 
 
Pour autant, il est très utile de se faire une idée précise de l’activité et des postes qui sont disponibles dans le secteur que vous envisagez. Exemple. Il peut être plaisant de vouloir être « cosmonaute » (et croyez moi, nous savons de quoi nous parlons) et c’est vrai que c’est un métier magnifique. Évidemment, on voit tout de suite que les postes sont limités. Il en va de même pour des métiers où les besoins sont plus larges en apparence et où, pour autant, le marché est particulièrement encombré et où y faire sa place est particulièrement compliqué. 
Faut-il choisir un secteur porteur pour sa reconversion professionnelle ?
Faut-il renoncer pour autant ? Non ! Certainement pas ! Mais il est préférable d’avancer en connaissance de cause et en redoublant de préparation. Quitte à avoir un plan B en cas d’insuccès. 
 
Vouloir travailler dans un secteur en crise n’est évidemment pas le chemin le plus facile. Donc c’est un choix à faire en conscience. Et bien sûr, il est toujours préférable de concilier « l’envie » et « l’océan bleu » des possibilités et des ouvertures, plutôt que de choisir d’emblée la difficulté. 
 
Remarque : Nos programmes vous invitent à oublier (pendant un temps) toute idée préconçue sur le métier vers lequel vous souhaitez vous orienter. Le but est précisément de le découvrir ensemble ! 
Mais à un moment du parcours, nous vous inviterons à confronter vos envies et vos désirs avec la réalité offerte par le marché ! 

Comment s'y prendre pour entreprendre une reconversion professionnelle ?

Le chemin que nous vous proposons comporte plusieurs étapes : 
  • Découvrir votre personnalité.
  • Retrouver sens et motivation.
  • Faire le bilan de vos compétences.
  • Construire votre projet.
Votre personnalité
Tout d’abord, à travers un test de personnalité et des échanges avec votre coach, nous vous invitons à mieux vous connaître. A comprendre vos besoins profonds, vos valeurs. Pourquoi ?
Parce que c’est la base de tout. De votre vie en générale et de votre vie professionnelle en particulier ! 
 
Chacun d’entre nous à des besoins profonds. Pour certains ce sera des besoins de contacts, pour d’autre des besoins de réflexion, ou d’action, ou encore pour certains, d’organisation minutieuse.  
Pourquoi faire un test de personnalité ?
Bien vous connaître et partir de ces besoins vous permettra de mieux comprendre pourquoi telle ou telle voie, tel type d’environnement quotidien ou telle méthode ou tel type de relations sont faites ou ne sont pas faites pour vous. 
 
Sens et motivation : 
Qu’est ce qui compte vraiment pour vous dans la vie? Quelle place accordez vous au travail? Quelles sont les étapes qui ont jalonné votre vie professionnelle et dans lesquelles vous vous êtes senti le plus heureux.se et le plus en énergie. Pourquoi avez vous envie (ou plus envie) de vous lever le matin ? 
Nous répondons avec vous à ces questions à travers une étape de relecture de vie, qui, avec l’accompagnement de votre coach vous permettra de découvrir ce qui donne vraiment du sens à ce que vous faites. A travers ces exercices, vous serez ainsi invité à vous connecter à vos motivations, vos passions, ce qui est facile et joyeux pour vous, car c’est là que prend pour vous le sens et la motivation.
 
Bilan de compétences :
Ensuite bien évidement, nous aborderons votre bilan de compétences. De vos savoirs faire et savoirs être (hard et soft skills). Cette étape de bilan vous permet de consolider votre confiance en vous, et d’ajuster ces compétences aux secteurs et activités les plus porteuses en terme d’emploi. Le bilan de compétences réunit vos compétences et vos capacités dans certains domaines. Il permet de faire un inventaire complet de ce que vous savez déjà faire, et de prendre en compte les formations dont vous pourriez éventuellement avoir besoin pour envisager une reconversion professionnelle.
 
Les compétences ont toujours plusieurs sources. Nous les possédons soit parce que nous les avons acquises au cours de nos études ou de notre formation. Soit parce que nous nous y sommes intéressés naturellement (par passion souvent, par simple curiosité parfois). Et c’est là tout le domaine des autodidactes. Soit parce que nous avons des dispositions et des facilités particulières ; On parle parfois de « don ». C’est fréquemment le domaine des « savoirs-être » particulièrement utiles dans certaines professions. A titre d’exemple, le sens du contact ou l’empathie sont des compétences que l’on n’apprend pas à l’école et qui ne font l’objet d’aucun diplôme, alors qu’elles sont fondamentales dans les métiers de l’accueil ou de l’accompagnement. Vous ferez le point sur tout ça.
 

Point de vigilance : Soyez attentif aux tests automatiques et aux algorithmes

Ne laissez pas un algorithme choisir un métier à votre place.
On trouve sur le marché les promesses alléchantes de tests qui déterminent les différents métiers qui pourraient vous correspondre, et c’est une bonne chose pour élargir le champ de vos idées.
 
Peut-être qu’au moment où vous envisagez une reconversion professionnelle, vous savez très bien ce que vous ne voulez plus faire, sans pour autant avoir d’idée très arrêtée sur ce qui vous attire. 
C’est alors un bon moment pour faire des recherches, vous informer, vous documenter et voir quel secteur d’activité pourrait vous attirer.
Dans ce cas, un test d’orientation peut s’avérer être une bonne source d’information pour éveiller des idées, de la curiosité et pourquoi pas du désir.
D’ailleurs, sans aller jusqu’à un test d’orientation trop mécanique, nous vous proposerons une démarche de ce type. Mais restez vigilant. Ces tests d’orientation, gouvernés par des algorithmes comportementaux peuvent proposer de très bonnes idées. Mais ce ne sont souvent que des idées, en lien avec vos compétences déclarées certes, mais qui n’ont souvent que peu de liens avec vos besoins profonds. Donc prenez les pour ce qu’ils sont. Il s’agit d’orientations théoriques qui vous orientent vers des idées d’emploi futur, en résonance avec de ce que vous aimez faire et de ce que vous savez déjà faire, 
mais qui ne tiennent pas compte de vos élans, de vos désirs ni de là où vous pourriez décider de placer votre énergie créatrice.
 
Ces tests, ces bilans font correspondre ce qui est (en fonction des éléments que vous leur avez donnés) avec l’état actuel des métiers. C’est une aide quand on ne sait encore rien de ce qui est possible. Ils sont particulièrement adaptés pour une première orientation post bac par exemple très précieuse quand on ne sait vraiment pas dans quel sens s’orienter. 
 
Mais si vous avez déjà fait un parcours scolaire et universitaire ou post-bac et que vous avez une ou plusieurs expériences, vous disposez d’un champ de réflexion vous permettant de déterminer par vous même, ce que vous souhaitez, et ce que vous ne souhaitez plus. Dans ce cas, une application de sélection « personnalisée » d’emplois sera un éclairage supplémentaire. Utile. Mais largement insuffisant. Car si vous envisagez une reconversion professionnelle, celle ci devra partir de vous même et de vos aspirations profondes, souvent peu lisibles dans un simple bilan de compétences. Alors oui, cela peut sembler magique et très séduisant. “Chouette, un algorithme va faire le travail à ma place pour trouver un job … »  mais aucun  algorithme n’a jamais postulé nulle part.

La construction de votre projet.

Prendre le temps de construire son projet professionnel
A partir d’une bonne connaissance de vous même et de vos aspirations, à partir d’un bilan solide de tous les aspects de vos compétences, à partir d’une relecture de vos motivations profondes et de ce qui donne du sens à votre vie, et dans une ouverture à la réalité économique du marché, vous allez pouvoir ébaucher la construction de votre projet d’avenir. 
A partir d’exercices adaptés, nous vous inviterons à formuler ce que vous avez profondément envie de faire, et également pour qui, et avec qui vous avez envie de le faire, car c’est à cet endroit que vous trouverez pleinement l’énergie d’avancer. 
Ainsi à la fin du parcours, vous aurez à la fois une boussole et toutes les cartes en main pour diriger votre vie vers le cap que vous souhaitez lui donner désormais.

Comment financer une reconversion professionnelle ?

Prendre le temps d’une phase de développement personnel à des fins professionnelles peut représenter un investissement important. C’est le coût de l’engagement que vous souhaitez y mettre ! 
Si vous êtes salarié, de nombreuses facilités de financement s’offrent à vous pour financer un bilan de compétence, toutes centralisées autour de «Mon compte formation» qui regroupe à la fois les fonds destinées aux formations (et gérées par la caisse des dépôts) les fonds abondés par Pôle Emploi et les fonds abondés par les régions. 
 
Beaucoup de choses ont changé depuis 2018 en ce qui concerne les budgets de formation des salariés. Si avant cette période, les salariés dépendaient des réponses aux demandes qu’ils devaient faire à leur employeur, il est aujourd’hui totalement libre du choix de l’investissement des fonds de formation dont il dispose librement.
 
Le compte personnel de formation permet désormais de financer un bilan de compétence préparatoire à une reconversion professionnelle à travers la possibilité de suivre un programme de bilan de Compétences fourni par un organisme de formation référencé et agréé, ce qui est le cas du programme Moove Your Future. 
En effet, Moove Your Future est un programme proposé par « Netcentrik »  qui est un organisme de formation enregistré sous le n°82 69 091 47 69 et identifié sur Datadock. Les actions de formation proposées répondent aux exigences du décret qualité et sont référencées par MON COMPTE FORMATION ainsi que par les financeurs de la formation professionnelle.
Financez votre bilan de compétence avec votre compte personnel de formation.
Ainsi, si vous êtes (ou avez été) salarié, vous avez probablement des heures de formation disponibles sur votre compte CPF (compte personnel de formation). Un salarié à temps plein acquiert 24 heures de formation par an. Un salarié à temps partiel acquiert un nombre d’heures calculé au prorata de son temps de travail.
Lorsque le titulaire du compte a acquis 120 heures, l’alimentation du compte passe à 12 heures par an jusqu’à un plafond de 150 heures. Les heures de formation sont proportionnelles au temps de travail effectif. Elles sont calculées par la Caisse des dépôts à partir des déclarations sociales des employeurs (DADS, DSN).
 
C’est ainsi que vous pouvez commander directement notre parcours (enregistré à la rubrique “bilan de compétences” via votre compte CPF en vous rendant sur ce lien https://tiny.cc/tpckqz
 
Pour les entrepreneurs, entrepreneurs individuels ou gérants non salariés, vous avez également un budget formation géré par un OPCO (vraisemblablement le FIFPL) auprès duquel vous pouvez formuler une demande de financement de bilan de compétences qui vous sera accordée à la hauteur des cotisations que vous aurez versées dans les mois précédents. 
 
Enfin, si vous ne disposez plus des fonds nécessaires auprès de vos financeurs, il vous est possible de régler votre parcours de bilan de compétences en plusieurs fois (paiement en trois fois sans frais).

Quelle est la durée moyenne d'une reconversion professionnelle ?

Naturellement, vous vous demandez combien de temps cela va durer de changer d’orientation professionnelle. 
Ou peut-être ne vous posez-vous pas cette question tant il est vrai qu’il n’y pas de règle et qu’il est très difficile d’y répondre. De quel moment faites vous partir le début de votre démarche ? A quel moment considérez vous qu’elle a abouti ? 
Ce que l’on peut dire sans tromper, c’est que plus la reconversion professionnelle est profonde et plus elle prendra du temps. Et que mieux vous connaissez déjà la direction que vous souhaitez prendre, plus la reconversion sera rapide. Mais voilà. Dans tous les cas, il vous faut prévoir du temps d’introspection et de réflexion, du temps de recherche, du temps de formation dont la durée sera elle-même très variable. Puis tout le temps de vous lancer. Plus ou moins long selon que vous rechercherez un emploi ou que vous déciderez de vous lancer dans la création de votre activité. 
 
Donc pour répondre à la question, selon les cas, votre reconversion pourra prendre entre 6 mois et 5 ans … ce qui n’est pas vraiment une réponse, nous en convenons. 
Mais l’idée que nous souhaitons faire passer ici, c’est qu’une reconversion professionnelle peut prendre du temps, et qu’il vaut mieux s’armer de patience, s’organiser, et prévoir d’ajuster ses besoins et ses ressources financières pendant cette période, faute de quoi on risque de devoir remettre le projet de changement de vie professionnelle à plus tard …